top of page
Rechercher
  • kocat

La Caution


1- 2018... La Caution est toujours là... Avant de rentrer dans le détail, soyons dans le général... En regardant dans le rétroviseur, comment voyez-vous ces années passées, musicalement et autres (politique, contextuelle)... Il s'en ait passé des choses ? On est toujours là, en indé total depuis plus de 15 ans et sans rien avoir vraiment sorti depuis des années. Ça tue. Ça prouve que notre travail a un côté intemporel et que nos Cautionneurs sont les meilleurs supporters... Des Ultras !!! Un immense respect pour eux. Mais évidemment on est ultra frustrés de n'avoir rien sorti entre temps car des aléas relous divers nous ont retardé. En tout cas, on est sur le point de revenir nerveusement en 2018 ! Sinon concernant le contexte sociétal, on peut dire que tout se passe comme prévu pour les élites anonymes des soi-disant élites qui jouent aux dames avec nous tous. Je vais caricaturer grossièrement pour résumer avec un exemple : le trader et sa marionnette élue "déflore" l'agriculteur mais ce dernier pense que son ennemi c'est l'arabe grâce aux médias et regarde BFM pour comprendre "son" problème pendant que Lactalis l'entube à sec et vice versa. On est des pions. Et depuis que la futilité  et les intérêts communautaires des élites se sont emparés de l'art, de la littérature et des médias, il n'y a plus d'espace de clairvoyance, de voies dissonantes, de "salle de réveil" sociétal... Toujours en caricaturant, on est anesthésié par la télé réalité et le smartphone. Leurs chirurgiens opèrent ce qu'ils veulent du coup...

2- La Caution est sans doute un des projets qui symbolise dans notre paysage musical l'ouverture musicale, sonore... Chaque auditeur y perçoit sans doute des influences multiples... Une question bête, pourquoi ne pas avoir fait du Rock ou du punk à vos débuts ? En tant qu'auditeurs on est hyper varié musicalement et ça enrichit, c'est sur. Mais en fait, pour tout te dire, à un moment on a réfuté la catégorisation Hip Hop alternatif et on vomissait ce que les gens appelaient "l'ouverture" en réalité. On est pas des mecs qui faisons des "boeufs" avec des gens d'autres genres. On n'a rien contre mais ce n'est archi pas nous. On est Hip-Hop jusqu'aux yeuks. Le Hip-Hop c'est Bambaataa qui rend funky Kraftwerk, Run DMC qui rend vénèr du rock, le Wu-Tang qui rend hardcore de la soul, Outkast qui surprend à chaque sortie... La Caution, musicalement, fait juste honneur à ce magnifique courant musical qu'est le Rap et cannibalise ses influences pour en faire du Hip-Hop nerveux et mélodique. Et lyricalement, on a toujours été à la pointe des techniques stylistiques de MC. A part peut-être Bashung et quelques rares autres artistes, peu de gens issus d'autres milieux musicaux ne nous impressionnent lyricalement. Le Rap est d'une qualité incroyable au niveau textuel, encore faut-il écouter les bons artistes. Du coup, un respect, une oreille tendue vers d'autres genres mais jamais on n'a voulu faire autre chose que du Rap dans les vraies règles de l'art.

3- Dans un récent article vous concernant (dans un mensuel national Magic), vous commenciez l'entretien en faisant écouter les Modern Lovers au journaliste... La Caution c'est ça à vos yeux, un projet qui a toujours fait fi des étiquettes, des préjugés ? C'est clair que Jonathan Richman est un tueur et on parlait de lyrics, de manière d'interpréter un texte et c'est un maître en la matière. Donc on a commencé avec ça et juste après... DMX qui interprète son dialogue le jour du jugement dernier à la perfection. En fait, on ne calcule pas mais c'est vrai qu'on a aucun préjugé.

4- Depuis 2005 votre troisième album est attendu avec impatience... Vous avez annoncé par plusieurs canaux d'information qu'il allait sortir dans le courant de cette année... Qu'en est-il ? Serez-vous dans le timing ? Il sera massif, dense, actuel et innovant. Hâte que les gens l'écoutent. Oui en 2018 on est réellement de retour.

5- Comment très concrètement travaillez-vous tous les deux...? Pour l'élaboration de ce disque ? Ecriture, textes, musiques ? Comme toujours, je produis plein de sons, on les "digère" un peu histoire de les apprivoiser au mieux, on écrit chacun de notre côté puis on peaufine lors de la phase finale. Une des raisons de notre retard est justement que l'on croisait beaucoup les textes entre nous 2. Et le fait qu'Hi-Tekk ne puisse plus faire de concerts pour des raisons de santé rendait compliqué le rendu sur scène du coup on a refait pas mal de morceaux et trouvé une osmose différente afin que les concerts soient fluides et fat avec moi en mode double MC ! (Rires)

6- 15 ans sont passés depuis "Peines de maures/Arc en ciel pour daltoniens", forcément ce prochain disque va sonner différemment, pouvez-vous nous donner quelques pistes (cautionneur impatient)... Il y aura des sons très différents. Beaucoup de trucs inattendus et des sons plus "actuels" version Caution. C'est du gros oeuvre. C'est difficile à expliquer.

7- Vous avez fait le choix très tôt de l'indépendance totale, avec Kérozene, et désormais NCR2A  (votre label), le regrettez-vous ? En quoi cela vous a t'il été préjudiciable ou pas ? N'envisagez-vous pas de produire d'autres artistes ou projet, ou est-il exclusif à

votre travail ? L'indépendance est un long fleuve jamais tranquille. A la base, on n'a pas eu le choix. Ce qu'on faisait était trop nouveau et authentique pour le niveau de prise de risques d'une major ou autre. Puis c'est devenu un atout car la propension de notre musique à se retrouver sur films, séries, pubs... nous a permis de monter un modèle économique qui nous correspondaient pleinement. Seulement c'est énormément de taf. Je n'ai pas vu passer les 10 dernières années ! On est des vrais artisans. Tout ce qui touche à  La Caution existe à la sueur de notre front. C'est humainement valorisant mais difficile parfois de devoir aller sans cesse au charbon. Et parfois, tu peux envier la facilité que certains artistes connaissent avec des gens dédiés à chaque tâche alors que grosso-modo je suis quasiment un "homme-équipe" mais c'est comme ça et on n'a pas pour habitude de faire les pleureuses, on va au charbon. Notre père a toujours été ouvrier dans des conditions bien plus difficiles, on a donc de l'humilité par rapport à ça et on s'inspire de cette abnégation. Sinon, on n'a pas vocation à produire autre chose que ce qui tourne autour de La Caution mais on verra, qui sait.

8- Comment voyez-vous et analysez-vous le rap actuel en France, aux States ? Du "Game" ? Que pensez-vous de la remarque que l'on croise souvent, du style "c'était mieux avant" ? Le rap actuel est comme le rap d'avant : il y en a du bon et du mauvais. Mais si par "rap" on entend le "game" alors c'est catastrophique. Notamment en France, où, en caricaturant un poil, des artistes qui font de la variété, de la pop, de la dance, une sorte de "Raï", de "zouk", de "soukouss" etc sont catégorisés comme Rap/Hip-Hop. On n'a grave rien contre les gars ou leur musique mais dans l'idéal, s'ils allaient obstruer le chemin de Florent Pagny, Louane etc, ce serait chanmé. On serait même leurs 1ers supporters ! :) Et cela faciliterait l'émergence d'artistes qui font vraiment du rap. Enfin après, le rap ne déroge malheureusement pas à la règle de la période actuelle basée sur l'enjaillement constant. L'état du cinéma, de la littérature, la télévision connaît également un nivellement par le bas... de la ceinture. Par contre, c'est juste une réflexion sur la chose sans que ce soit notre combat ou quoi. On n'y prête même plus attention. On prépare le prochain La Caution pour de bonnes oreilles et c'est tout, le reste : "mieux avant ou après" on s'en fout un peu. Ce qui nous importe c'est que ce soit La Caution qui soit mieux !

9- Plus globalement, en dehors du hip-hop, avez-vous été emballé par des créateurs dans d'autres univers sonores...? Récemment, pas trop. Mais beaucoup de choses sont très cools sans aller trop haut non plus... Peut-être Burial il y a quelques années, très granuleux et univers fort.

10- Avec La Caution vous avez toujours eu un temps d'avance musicalement... Comment expliquez-vous cette "faculté"... Je pense à votre cultissime premier album "Asphalte hurlante", à l'époque c'était un ovni, peut être mal compris...? Mais quelle audace encore aujourd'hui quand on l'écoute En fait, on a la chance de n'avoir jamais suivi un courant ou une vibe. On fait ce qui nous vient naturellement. Un mélange de toutes nos influences. Et pour les lyrics, on est des vrais passionnés de lyricisme et depuis toujours on ingurgite des techniques. L'acuité et le travail paient.

11- Depuis 2005, vous avez multiplié les projets (Maison closed, Ghost compagny, Ep avec Young Zee, le cinéma, Kourtrajmé, duo avec Lucio Bukowski...), pouvez-vous nous en dresser un peu le tableau... Le EP avec Young Zee est une pure collaboration Hip-Hop. Un respect mutuel pour la qualité du kickage et c'est parti. On parle le même langage rapologique. "Nikkfurie's Ghost Company" est un disque intemporel qui me tient particulièrement à cœur du fait de la totale liberté spontanée pour créer cette sorte de B.O. d'un film imaginaire. C'est un pur projet artistique. Et sinon, j'ai fait quelques feats avec des MCs qui ont du talent, ça fait toujours plaisir, même si malheureusement on ne peut pas honorer toutes les sollicitations par manque de temps.

12- Depuis un moment vous animez une émission sur le Mouv, le dimanche... Sans doute l'émission sur le hip-hop la plus crédible... Comment faîtes-vous pour durer aussi longtemps dans ce milieu des médias, avec toujours autant d'authenticité ? On met notre casquette d'experts musicaux et on en tire des sélections très cools. On reçoit d'ailleurs beaucoup de messages concernant les titres que l'on passe. On fait le taf, partager un kif et faire découvrir ce mélange entre nouveautés, classiques et morceaux underground plus confidentiels.

13- Dans le prolongement comment voyez-vous les médias musicaux actuels ? Les choses ont bien changé depuis vos débuts...

Les médias musicaux sont aujourd'hui basés sur le buzz ou le buzz en prévision. Du coup, il faut inclure des notions "peoplisantes" ou de scandale dans l'analyse de la musique, ce qu'on trouve ridicule mais bon c'est comme ça.

14- Que pensez-vous de cette nouvelle forme de comm autour des réseaux sociaux... C'est un boulot de tous les jours. Il faut constamment relancer, faire sa promo, c'est aliénant mais le public aujourd'hui a besoin de cette "proximité" un peu voyeuriste pour transcender de la musique qu'ils auraient peut-être trouvée moins bonne sans ça. Donc pas de raisons, d'autant plus en indé, de se priver de ces outils mais concernant La Caution on essaye d'éviter les trucs cheaps de gamins sur les réseaux .

15- On finit avec le Ep avec Young Zee sorti en juillet  2017, comment la rencontre s'est produite avec lui... Est ce un avant goût de ce que sera le prochain de La Caution... On avait croisé les Outsidaz à Paris il y a un bail. Bonne vibe et en terme de références on avait plein de points communs. Et mon pote Papy a filmé et publié sur Insta un passage acapella d'un de nos concerts et Zee a big up le truc et proposé de faire un son ensemble, normal. Hip-Hop quoi. Le prochain album de La Caution ne ressemblera à rien de ce qu'on a déjà fait en réalité.

16- Enfin pour terminer, en 2014 tu sortais (Nikkfurie) un disque très beatmaker electronica/Hip-Hop : "Ghost company" dans la lignée de DJ Shadow, RJD2... C'était des morceaux anciens... A l'époque où tu travaillais sur du matos aujourd'hui "vintage"... Comptes-tu faire suite à ça... Et aujourd'hui tu travailles sur un autre type de matériel, comment vois-tu cette avancée technologique ? Ouais, après La Caution, je serai hyper prolifique concernant mes carrières de MC ou de beatmaker. Un Nikkfurie's Ghost Company 2 verra le jour et plein d'autres projets. Mais tout ça est conditionné par le retour de La Caution au devant de la scène.


www.ncr2a.com

crédit photo : Nicolas Despis


415 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

留言


Post: Blog2_Post
bottom of page